Ressource en auto-formation : Comparaison de la naltrexone à longue action avec la buprénorphine-naloxone (SuboxoneMD) dans le traitement de la dépendance aux opioïdes

- "Le contexte actuel de la crise des opioïdes a favorisé l’élaboration de lignes directrices nationales sur la prise en charge des troubles liés à l’usage d’opioïdes. Actuellement, la buprénorphine-naloxone et la méthadone, respectivement agonistes partiel et complet des récepteurs opioïdes ?, son...
Création : 01-01-2019
Partagez !

Présentation de: Comparaison de la naltrexone à longue action avec la buprénorphine-naloxone (SuboxoneMD) dans le traitement de la dépendance aux opioïdes

Informations pratiques sur cette ressource

Langue du document : Français
Niveau : enseignement supérieur
Contenu : texte
Public(s) cible(s) : apprenant
Droits d'auteur : pas libre de droits, gratuit
Se renseigner auprès des auteurs

Description de la ressource en auto-formation

Résumé

- "Le contexte actuel de la crise des opioïdes a favorisé l’élaboration de lignes directrices nationales sur la prise en charge des troubles liés à l’usage d’opioïdes. Actuellement, la buprénorphine-naloxone et la méthadone, respectivement agonistes partiel et complet des récepteurs opioïdes ?, sont les deux traitements de substitution en usage. En raison de son meilleur profil d’innocuité et de son utilisation plus flexible que la méthadone, la buprénorphine-naloxone est le traitement à privilégier selon les lignes directrices susmentionnées. La naltrexone pour sa part est un antagoniste des récepteurs opioïdes ?. La formulation en comprimés par voie orale ne présenterait pas d’avantages en termes d’abstinence, de fidélité au traitement et d’innocuité comparativement aux benzodiazépines et à la buprénorphine. La formulation en injection intramusculaire à longue action, approuvée par la Food and Drug Administration en 2006, permettrait d’améliorer l’adhésion au traitement. Elle s’est démontrée plus efficace que le placebo en termes de fidélité au traitement, d’abstinence et de diminution du désir intense de consommer. Il est donc pertinent de l’étudier en la comparant au traitement de première ligne..."

"Domaine(s)" et indice(s) Dewey

  • 616.863 2 - Usage de narcotiques (616.863 2)

Description MeSH

  • Association de buprénorphine et de naloxone/usage thérapeutique/O
  • Recherche comparative sur l'efficacité//N
  • naltrexone/usage thérapeutique/O
  • résultat thérapeutique//N
  • troubles liés aux opiacés/traitement médicamenteux/O
  • préparations à action retardée//N

Domaine(s)

Informations pédagogiques

  • Notion : Association de buprénorphine et de naloxone/usage thérapeutique/O, Recherche comparative sur l'efficacité//N, naltrexone/usage thérapeutique/O, résultat thérapeutique//N, troubles liés aux opiacés/traitement médicamenteux/O, préparations à action retardée//N

Informations techniques sur cette ressource en auto-formation

  • Niveau de sécurité : Catalogue OCWC

Intervenants, édition et diffusion

Intervenants

Validateur(s) de la métadonnée : CISMeF CISMeF

Édition

  • Pharmactuel;la revue internationale francophone de la pratique pharmaceutique en établissement de santé

Diffusion

Partagez !

DIFFUSION

Cette ressource en auto-formation vous est proposée par :
UNF3S - accédez au site internet
Sur les réseaux sociaux :

ÉDITION

Pharmactuel;la revue internationale francophone de la pratique pharmaceutique en établissement de santé

EN SAVOIR PLUS

  • Identifiant de la fiche
    OAI_UMVF_DOC_337463
  • Identifiant OAI-PMH
    oai:documvf.crihan.fr:umvf/pharmactuel_com_manuel_DOC_337463
  • Schéma de la métadonnée
  • Entrepôt d'origine
    UNF3S
  • Publication
    01-01-2019

Ressources en auto-formation sur les mêmes thèmes

01/01/2019
Le lithium et le divalproex pour le traitement du trouble bipolaire de la personne âgée : étude à répartition aléatoire contrôlée à double insu
Description : - "Le lithium et le divalproex sont deux médicaments que la Food and Drug Administration (FDA) et Santé Canada approuvent pour le traitement du trouble bipolaire5. Les lignes directrices du Canadian Network for Mood and Anxiety treatments (CANMAT) recommandent aussi ces agents en première intention ...
01/01/2018
Urticaire aiguë : corticostéroïdes utiles ?
Description : In Minerva 2018 Volume 17 Numéro 8 Page 107 - 109 - "L’ajout de prednisone aux antihistaminiques accélère-t-il la diminution des démangeaisons chez les patients atteints d’urticaire aiguë sans angio-œdème ?..."