Enseigner avec le numérique

Espaces d'apprentissage informel et de collaboration dans un esprit de frugalité

Souvent, les établissements offrent peu d'espaces d'apprentissage informel à leurs étudiants. En même temps, il n'est pas rare que des lieux soient peu exploités. L'IMT Atlantique a souhaité transformer ces espaces au profit de l'apprentissage informel avec une approche très économique.

Les différents types d'apprentissage informel

De façon simplifiée, on parle d'apprentissage informel quand l'apprenant fixe lui-même ses objectifs, le moment et le lieu de ses apprentissages. 5 types d'apprentissage informel ont été identifiés. Chacun d'eux peut se décliner avec différents verbes :

  • Collaborer :
    • se réunir
    • discuter
    • co-construire
    • brainstormer
    • démontrer
    • comparer
    • confronter
    • visualiser
  • Se concentrer (activité solitaire) :
    • réfléchir
    • étudier
    • lire
    • regarder
    • écouter
  • Partager :
    • présenter
    • montrer
    • promouvoir
  • Créer du lien :
    • se rencontrer
    • réseauter
    • échanger.
  • Créer (création de contenu) :
    • dessiner
    • maquetter
    • prototyper
    • construire
    • produire
    • rédiger
    • filmer

Les besoins en termes de lieux et d'aménagements ne sont pas les mêmes selon le type d'apprentissage informel. Cette typologie aide à définir des espaces adaptés à chacun d'eux, tout en laissant la liberté aux usagers de les exploiter comme prévu ou pour d'autres usages. À l'IMT Atlantique, le Centre d'Appui et de Ressources pour l'Apprentissage et l'Enseignement (CARÆ) a créé des espaces pour chacun de ces 5 types d'apprentissage.

Les choix d'aménagement

Nombreux sont les établissements qui ont des budgets très limités. L'objectif était donc d'aménager des lieux dans un esprit de frugalité, afin que ces créations puissent se faire malgré les contraintes économiques. Ce projet est soutenu par le réseau des learning labs pour favoriser l'essaimage dans d'autres établissements avec des budgets modestes.

Diverses solutions ont été retenues :

  • Home-staging : de la même façon que dans les émissions de décoration vues à la télévision, des matériels ou mobiliers existants ont été réexploités, pour un usage différent. Des canapés ont été placés en arc de cercle pour favoriser la collaboration et créer une certaine intimité
  • Le recours à l'imagination : par exemple, le dossier et l'assise d'un fauteuil de bureau fatigué ont été retirés. Sur cette base roulante, un plateau rond, en bois, a été fixé et  une peinture de type Velleda appliquée afin d'obtenir une table basse tournante pouvant servir d'écritoire. Une personne peut faire un croquis sur la table, tourner la table afin que son interlocuteur, en face, voit le dessin à l'endroit. Le coût de cette table est d'une centaine d'euros
  • L'achat de mobilier à prix modique : des tables et chaises hautes pour travailler en groupe aussi bien debout et qu'assis ont été achetées. Cet investissement modeste a permis de consacrer la majeure partie du budget à des aménagements sur mesure ou plus onéreux. Ainsi, des matériels légers, sur roulettes, ont été privilégiés
  • La mise à disposition d'un site web pour partager les idées et en faire profiter d'autres établissements. Toute personne peut y laisser des commentaires pour échanger ses idées et pratiques avec les autres lecteurs

L'implication des usagers

Pour s'assurer que les espaces créés répondent bien aux attentes, il paraît essentiel d'impliquer les usagers :

  • étudiants
  • enseignants
  • personnels

dans le processus de conception et de mise en œuvre de ces espaces. La parole leur a été donnée en amont du projet. Il a ainsi fallu identifier des lieux inexploités compatibles avec leurs déplacements. Il a été aussi nécessaire d'associer les services supports :

  • services techniques
  • direction du patrimoine
  • D.S.I.
  • autres

afin de prendre en compte leurs contraintes.

Le Centre d'Appui et de Ressources pour l'Apprentissage et l'Enseignement (CARÆ) a organisé une exposition dans les lieux visés avec 5 propositions différentes en précisant pour chaque espace leur coût. Les usagers ont voté pour la proposition de leur préférence et émis diverses remarques. Au final, le coût total des choix des usagers pour les divers lieux est entré dans l'enveloppe disponible. Les usagers n'ont pas choisi à chaque fois la solution la plus onéreuse. Ils se sont comportés en personnes responsables.

L'implication de ces usagers notamment dans le choix d'aménagement des espaces a permis de favoriser l'adhésion de ces lieux avant même leur ouverture.

Lors de l'inauguration sur 2 pauses méridiennes, les usagers ont été invités en petits groupes à découvrir les nouveaux espaces, leurs finalités et la démarche du projet.

L'impact de ces transformations

Les lieux ont été investis dès leur installation. Par exemple, les ouvriers n'avaient pas encore rangé leurs outils que des étudiants utilisaient déjà l'aménagement ! Avant, le grand hall d'accueil était froid, peu accueillant. Personne n'y restait, le hall n'était qu'un couloir. Aujourd'hui, cet espace est ressenti comme un espace fait pour les usagers. Les aménagements sont en libre accès et très utilisés. Il n'est pas rare de voir des étudiants et des personnels utiliser encore ces espaces après 19 heures. Ce hall est devenu un espace d'apprentissage informel permanent. Les usagers de l'école sont ravis de ces aménagements.

Une étude des usages et de leurs impacts sur les apprentissages et la formation est prévue. Elle permettra de mieux comprendre l'influence de ces aménagements et d'améliorer les dispositifs à venir.

1ère publication : 17.01.2019 - Mise à jour : 23.01.2019