Des réponses à mes questions

Période d'examen : attention plagiat

Le plagiat est une fraude courante et ignorée par les étudiants. Avec les outils numériques une quantité infinie de ressources est accessible aux étudiants, ce qui augmente le risque de plagiat.

Article - 7.12.2015
Auteur(s): Marina Viguier

Entre s'inspirer et frauder

Quel étudiant n'a jamais été sur internet, taper son sujet de dissertation dans la barre de recherche pour copier un plan ? Qui ne s'est jamais "inspiré" de travaux de recherche ? Qui n'a jamais été tenté de partager sur Internet les cours d'un enseignant ?

Le plagiat est une fraude courante et ignorée par les étudiants. Elle ne se remarque pas, puisque seules certaines informations sont reproduites sur une copie sans en être un copier-coller. Les risques vont bien au delà de la simple sanction disciplinaire lorsque l'on :

  • "s'inspire" d'un sujet de thèse
  • reprend les théories issues d'un travail de recherche ou d'un ouvrage

Le plagiat, un délit

Le plagiat est un délit, il se définit comme "toute reproduction, représentation ou diffusion, par quelque moyen que ce soit, d'une oeuvre de l'esprit en violation des droits de l'auteur, tels qu'ils sont définis et réglementés par la loi".

Les cours et thèses, trouvés sur internet sont donc protégés par le Code de la Propriété Intellectuelle.

Les peines encourues en cas de plagiat

Il existe plusieurs logiciels "anti-plagiat" qui détectent toutes les parties et citations, utilisées dans une copie, issues d'internet et qui en retrouvent la source. Les sanctions encourues sont très élevées. L'établissement d'enseignement supérieur peut convoquer la Section Disciplinaire. L'étudiant inquiété risque, selon le degré de gravité, un zéro à l'épreuve jusqu'à l'exclusion définitive de tout établissement d'enseignement supérieur pendant une durée maximale de 5 ans

Autrement, un recours peut être formé devant les instances civiles et pénales. Les risques encourus sont :

  • des dommages et intérêts
  • 150000 euros d'amende
  • jusqu'à 2 ans de prison
1ère publication : 7.12.2015 - Mise à jour : 30.06.2017