Stratégie & Enjeux

Propositions pour une stratégie nationale de l'enseignement supérieur

Pour une société apprenante

Inscrite dans la loi pour l’enseignement supérieur et la recherche du 22 juillet 2013, la stratégie nationale de l’enseignement supérieur (StraNES) définit les objectifs nationaux des 10 prochaines années et propose des moyens pour les atteindre. Ce rapport souligne l’importance du développement du numérique dans l’enseignement supérieur.

Rapport - 22.09.2015

Le rapport StraNES, fruit d’un intense travail collaboratif

Un rapport d’étape publié en juillet 2014, a permis de recueillir de nombreuses réactions. Le rapport final est un approfondissement de la concertation auprès des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Cinq axes stratégiques définis

À partir d’un constat lucide des forces et faiblesses de l’enseignement supérieur, le rapport StraNES propose cinq axes stratégiques :

  • construire une société apprenante et soutenir notre économie
  • développer la dimension européenne et l’internationalisation de notre enseignement supérieur
  • favoriser une réelle accession sociale et agir pour l’inclusion
  • inventer l’éducation supérieure du XXIe siècle
  • répondre aux aspirations de la jeunesse

Trois leviers principaux sur lesquels s’appuyer :

  • dessiner un nouveau paysage pour l’enseignement supérieur
  • écouter et soutenir les femmes et les hommes qui y travaillent
  • investir pour la société apprenante

Le rapport présente pour ces différents axes et leviers un ensemble de quarante propositions concrètes qui constituent un plan d’action global.

Accentuer l’usage du numérique dans l’enseignement supérieur

Rendre les étudiants acteurs de leur formation et développer les pédagogies actives

  • permettre à tout étudiant de valider 25% de son cursus sous forme de pédagogie par projet ou d’apprentissage hors cursus, dans le cadre d’un parcours validé par l’équipe pédagogique
  • placer les étudiants en situation de contributeurs et de co-auteurs des supports d’enseignement
  • favoriser la formation à la recherche et par la recherche dès le niveau
  • créer des équipes pédagogiques pluri-métiers, à l’instar des équipes de recherche, évaluer leur dynamisme
  • créer des centres de développement pédagogique (intégrant aussi les enjeux de la Formation tout au long de la vie)
  • impliquer les étudiants dans les équipes pédagogiques et les conseils de perfectionnement des formations

Prévoir l’usage systématique du numérique dans la formation et l’évaluation des étudiants

  • autoriser l’accès à internet dans le cadre des examens
  • créer une Licence d’humanités numériques et adapter toutes les formations aux changements liés au numérique dans tous les secteurs (santé, transport, énergie, etc.)
  • décliner l’agenda numérique de l’enseignement supérieur (dans le cadre de France Université Numérique, au-delà des MOOCs)
  • s’assurer que tout étudiant dispose d’un ordinateur, dans le cas contraire, mettre en place un système de prêt
  • former les étudiants au numérique : usages, programmation, dans toutes les formations, dans le cadre d’un Certificat informatique et internet (C.2.i.) rénové

Développer les ressources numériques et l’éditorialisation des savoirs

  • soutenir le développement des contenus numériques et normaliser les données liées aux contenus pédagogiques et aux formations
  • développer un véritable système d’information au niveau national permettant l’aide à la décision des différents acteurs (étudiants, enseignants-chercheurs, administrateurs) et permettant de suivre les parcours des étudiants
  • travailler avec le World Wide Web Consortium (W.3.C.) sur la normalisation des données liées aux contenus pédagogiques et aux formations, développer l’open data, protéger les contenus pédagogiques et logiciels éducatifs, notamment sous licence libre, protéger les données personnelles

Favoriser l’agilité, l’innovation pédagogique et la "culture du Oui"

  • imaginer et autoriser des parcours à la carte dans le cadre d’un projet de l’étudiant validé par l’équipe pédagogique : souplesse des maquettes, passerelles inter-universités, formations communes avec les écoles
  • encourager les expérimentations de pédagogie innovante
  • offrir la possibilité aux étudiants et aux enseignants d’offrir des contenus nouveaux, en créant des "modules blancs" dans les maquettes de diplôme
  • introduire dans le cahier des charges de tous les projets "bâtiment" du Contrat de plan État‐Région (C.P.E.R.) des critères d’adaptation aux nouvelles pédagogies (espaces de travail collaboratif, classes connectées, etc.)
  • mettre en place un Hackathon national, décliné localement, sur la transformation des campus

Prendre appui sur la recherche pour faire évoluer la pédagogie et les processus d’apprentissage

  • lancer un grand programme de recherche sur la société apprenante et les processus d’apprentissage dans le supérieur et penser les transformations induites par le développement du numérique
  • former par la recherche dès la Licence, faciliter les stages et créer des emplois étudiants dans les laboratoires de recherche (acteurs : État, établissements)
  • créer un observatoire des innovations pédagogiques, mettre en place un congrès national (ou européen) des innovations pédagogiques (Water Information System for Europe européen), créer un prix national de l’innovation pédagogique
  • faciliter la participation des enseignants du supérieur à des démarches de recherche-action sur l’éducation supérieure, en lien avec les Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) (acteurs : État, établissements, organismes, ESPE)
  • identifier et développer les nouveaux métiers de l’enseignement supérieur et construire des équipes pédagogiques pluri-métiers
  • créer un conseil scientifique de l’enseignement supérieur pour favoriser la recherche et son transfert vers les pratiques de l’enseignement supérieur

Sécuriser les parcours de formation à l’université

  • favoriser l’insertion professionnelle après la Licence en développant les licences professionnelles articulées avec les parcours de licences générales, ainsi que l’acquisition de compétences transversales et transférables
  • assumer le Master comme un diplôme en deux ans : supprimer la sélection entre le M.1. et le M.2. et, après concertation, mettre en place pour les formations, un dispositif de régulation au bénéfice de la réussite étudiante dans des formations de qualité
  • créer un portail numérique national recensant toute l’offre de formation de Master
  • identifier et communiquer aux étudiants les savoirs et compétences attendus pour l’entrée en master

Faire des "Universités" les laboratoires de la société de demain et des leviers de la construction du lien social

  • permettre aux établissements d’expérimenter des innovations sociétales, en particulier en soutien à la recherche dans le cadre de la Stratégie nationale de recherche (S.N.R.)(acteurs : État, établissements, collectivités territoriales)
  • développer et adapter les campus aux nouvelles méthodes pédagogiques (espaces de co-working, "Fablabs")
  • permettre aux universités, écoles et/ou groupements de déroger au code des marchés publics pour faire des achats auprès des entreprises innovantes
1ère publication : 22.09.2015 - Mise à jour : 18.10.2015