Agenda des événements et manifestations

Journée Formation, Recherche, Innovation pédagogique

Mercredi 19 octobre 2016
Enseignant qui donne un cours© Dmitry Vereshchagin - Fotolia

Depuis 2012, la France s'est engagée pour un renouveau éducatif avec une claire conscience de la dimension internationale des enjeux, explicités par les objectifs des Nations-Unies, qui considèrent comme prioritaire l'accès à un apprentissage de qualité tout au long de la vie. La journée du 19 octobre vise le renforcement des liens entre la formation et la recherche au bénéfice des apprentissages des étudiants. Elle se veut un rendez-vous où les approches des chercheurs, des enseignants-chercheurs et des enseignants doivent créer une synergie. De nombreux ateliers organisés sur cette journée permettront à chacun de contribuer à la construction de la réflexion commune au monde de la formation et de la recherche

Conférence - le 19.10.16

Éditorial de la ministre et du secrétaire d'État

Depuis 2012, la France s'est engagée pour un renouveau éducatif avec une claire conscience de la dimension internationale des enjeux, explicités par les objectifs du développement durable identifiés par les Nations-Unies, qui considèrent comme prioritaire l'accès à un apprentissage de qualité tout au long de la vie.

Au sein de notre ministère qui regroupe l'Éducation nationale, l'Enseignement supérieur et la Recherche, les rapprochements existent mais les synergies doivent aujourd'hui être notre perspective de progression et elles doivent être concrétisées à tous les niveaux si l'on veut être à la hauteur des enjeux.

Notre système éducatif secondaire et supérieur doit donc trouver l'agilité suffisante pour alimenter, soutenir et populariser les meilleures pratiques enseignantes et interroger les milieux de la recherche qui doivent de leur côté être plus pro actifs à destination vis-à-vis des praticiens de l'enseignement. C'est de ce rapprochement indispensable que dépend la capacité de notre système éducatif à se mettre au service de la réussite de tous et à relever les défis majeurs auquel il est confronté aujourd'hui et le sera demain.

Pour que la France devienne réellement une société apprenante, nous devons procéder à la convergence des réflexions :

  • en promouvant au sein du système éducatif une logique de confiance propice au développement des innovations pédagogiques adossées à la recherche
  • en stimulant la recherche pour étoffer nos savoirs
  • en développant la diffusion des connaissances en faveur des formations initiale et continue
  • en favorisant les dispositifs permettant la réussite de tous les publics

Tel est le sens des deux journées du 19 et du 20 octobre, dédiées respectivement à la formation, à l'innovation pédagogique et à la recherche et aux travaux de recherche sur le travail personnel de l'élève. Visant l'une et l'autre le renforcement des liens entre la formation et la recherche au bénéfice des apprentissages des élèves et des étudiants, elles se veulent un rendez-vous où les approches des chercheurs, des enseignants-chercheurs et des enseignants doivent créer une synergie.

De nombreux ateliers organisés sur ces journées permettront à chacun de contribuer à la construction de la réflexion commune au monde de la formation et de la recherche.

Nous vous souhaitons à tous des débats riches et éclairants.

Programme de la Journée Formation, Recherche, Innovation pédagogique

Mercredi 19 octobre 2016

9h30 : Accueil

10h : Introduction (amphithéâtre Poincaré)

Alain Beretz, directeur générale de la recherche et de l'innovation

10h15 - 11h : Conférence : "Quelle excellence pour l'enseignement supérieur ?" (amphithéâtre Poincaré)

Jean-Marie De Ketele, docteur en psychopédagogie, professeur émérite à l'université catholique de Louvain

11h10 - 12h50 : En parallèle, ateliers et conférence-débat

Ateliers
  • 1. Quelle formation initiale et continue pour les enseignants-chercheurs ? (salle Langevin 005)
  • 2. Former des enseignants : quel adossement à la recherche ? (salle Charpak, R.D.C. bâtiment Foch)
  • 3. Transformation pédagogique : quel impact sur les espaces et les usages numériques ? (salle Germaine Tillon, bâtiment Joffre)
Conférence-débat
  • 4. Les enjeux de l'approche par compétences dans la transformation pédagogique de l'enseignement supérieur français à l'heure de Bologne (amphithéâtre Poincaré)

12h50 - 14h : Déjeuner

Sur place, dans le hall de la Poule

14h - 15h40 : En parallèle, ateliers et conférence-débat

Ateliers
  • 5. Mettre en œuvre la continuité pédagogique bac-3/bac+3 : initiatives et perspectives (salle Charpak, R.D.C. bâtiment Foch)
  • 6. Les étudiants acteurs du changement : initiatives et perspectives (salle Langevin 005)
  • 7. Comment créer les conditions de la transformation pédagogique dans les établissements ? (salle Germaine Tillon, bâtiment Joffre)
Conférence-débat
  • 8. La flexibilité des parcours : un défi pour un enseignement supérieur plus attractif et adapté aux nouveaux profils étudiants (amphithéâtre Poincaré)

15h50 - 17h : Table ronde "Recherche, innovations et formation au service de la réussite de l’élève" (amphithéâtre Poincaré)

  • Roger Fougères, chargé de mission pour l'Institut Carnot de l'éducation
  • Michel Lussault, directeur de l'Institut français de l'éducation (IFÉ), président du Conseil supérieur des programmes
  • Isabelle Robin, cheffe du département Recherche et développement en innovation et en éducation de la DGESCO
  • Françoise Sturbaut, présidente d'Éducation et devenir
  • François Taddei, directeur du Centre de recherches interdisciplinaires
  • Philippe Watrelot, président du Conseil national de l'innovation pour la réussite éducative (CNIRÉ)
  • Animation par Pierre Desbiolles, inspecteur général de l'Éducation nationale

17h : Synthèse des ateliers (amphithéâtre Poincaré)

Simone Bonnafous, directrice générale de l'enseignement supérieur et de l'insertion professionnelle

17h20 : Conclusion (amphithéâtre Poincaré)

Thierry Mandon, secrétaire d'état chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

Présentation des ateliers et conférences-débats

Session de 11h10 à 12h50

Ateliers

1. Quelle formation initiale et continue pour les enseignants-chercheurs ?

Déjà en 2009, Nicole Rege Colet et Denis Berthiaume1 soulignaient que "les enseignants universitaires appartiennent au seul ordre d'enseignement qui ne pose pas l'obligation d'une formation pédagogique pour accéder à la profession". De nombreux établissements ont d'ores et déjà mis en place des sessions de formation aux statuts variables (systématiques, optionnels) aux contenus et volumes hétérogènes, associées ou non à des décharges de service. Peut-on proposer des pistes pour un cadre commun de formation des enseignants-chercheurs ?

Animateurs :

  • Corinne Kolinsky, chargée de mission "Innovation pédagogique", université du Littoral-Côte d'Opale
  • Philippe Lalle, conseiller stratégique pour la Pédagogie, DGESIP
2. Former des enseignants : quel adossement à la recherche ?

La création des ESPE en tant qu'écoles internes des universités poursuit l'objectif de faciliter l'adossement des masters métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation (MEEF) à la recherche. La question, dès lors, est de savoir quelle place la recherche doit occuper dans cette formation qui vise l'acquisition des savoirs pratiques et l'approfondissement disciplinaire. Par ailleurs, si les métiers de l'éducation supposent, comme en témoigne leur référentiel, une base commune, ils présentent de nombreuses spécificités qui interrogent la nature même de la recherche en question : quelle recherche pour les professeurs des écoles et pour les professeurs du second degré des voies générale, technologique et professionnelle ?

Animateurs :

  • Daniel Filâtre, recteur de l'académie de Versailles, Chancelier des universités, Président du Comité national de suivi de la réforme de la formation des enseignants
  • Jacques Ginestié, directeur de l'École Supérieure du Professorat et de l'Éducation d'Aix-Marseille, Président du Réseau des ESPE
3. Transformation pédagogique : quel impact sur les espaces et les usages numériques ?

Les learning labs et fablabs, mais aussi d'autres outils numériques, révolutionnent la conception des espaces pédagogiques et favorisent le travail collaboratif, tandis que :

  • les MOOCs
  • les forums
  • les ressources éducatives et pédagogiques

changent la temporalité des enseignements.

Comment s'approprier ces bouleversements et construire une nouvelle pédagogie, développer les ressources pertinentes et accompagner les élèves et les étudiants vers la réussite ?

Animateurs :

  • Jean-Pierre Berthet, directeur de la stratégie numérique et du learning lab, École centrale de Lyon
  • Claudio Cimelli, directeur de projet, Responsable de la mission d'incubation des projets numériques, Numeri'lab, Direction du Numérique pour l'Éducation 

Conférence-débat

4. Les enjeux de l'approche par compétences dans la transformation pédagogique de l'enseignement supérieur français à l'heure de Bologne

On attend aujourd'hui de l'enseignement supérieur qu'il contribue de manière efficace au développement économique et social en professionnalisant davantage. L'engagement dans la mise en place du L.M.D. a introduit l'utilisation systématique de la notion de compétences dans la formulation des référentiels de diplômes et place la France dans une période de transition qu'il faut savoir saisir pour conduire le changement de paradigme fondé sur :

  • le passage de la simple transmission des savoirs à un enseignement centré sur les résultats d'apprentissage de l'étudiant
  • l'intégration des savoirs pour l'émergence de compétences

permettant au diplômé de répondre à des problématiques complexes.

L'approche par compétences apparaît incontournable dans la conception même et dans l'organisation des formations, avec tout ce que cela comporte comme exigences dans le contexte actuel :

  • de massification
  • de diversité
  • d'attentes

des publics de l'enseignement supérieur, et comme questionnements de ses acteurs sur l'évolution de leurs missions dans un monde en pleine mutation, numérique et économique.

Intervenante : 

Patricia Arnault, experte à la MIPNES-DGESIP, ancienne experte de Bologne

Session de 14h à 15h50

Ateliers

5. Mettre en œuvre la continuité pédagogique bac-3/bac+3 : initiatives et perspectives

Les taux de réussite en licence, mais aussi parfois dans certaines filières sélectives, montrent que la transition du lycée à l'université reste un point critique pour la réussite, malgré de nombreux dispositifs testés. Quels sont ceux qui ont fait la preuve de leur efficacité ? Quelles sont les possibilités et modalités pour mieux faire travailler ensemble enseignants du lycée et du supérieur, sur la base d'une connaissance mutuelle des programmes, des méthodes d'enseignement et des exigences ? Quels sont les moyens pour préparer tous les bacheliers à une réussite dans l'enseignement supérieur ?

Animateurs : 

  • Hélène Bernard, rectrice de l'académie de Toulouse, Chancelière des universités
  • Jean-Luc Fugit, cice-président délégué Orientation, réussite étudiante, insertion professionnelle, université Jean Monnet Saint-Etienne, Vice-Président de la Conférence universitaire en réseau des responsables de l'orientation et de l'insertion professionnelle des étudiants (COURROIE)
6. Les étudiants acteurs du changement : initiatives et perspectives

Quand les étudiants s'emparent des cours des enseignants pour :

  • proposer des compléments
  • offrir du tutorat
  • construire des cartes conceptuelles

Quelle efficacité de ces actions étudiantes, quelle acceptation par les équipes pédagogiques, pour quels résultats ? Comment les gouvernances (établissements, composantes) peuvent-elles accompagner les initiatives pédagogiques étudiantes ? Comment améliorer concrètement la qualité des enseignements grâce aux évaluations produites par les étudiants ? Et si la transformation pédagogique... c'était ça aussi ?

Animateurs :

  • Anne Dautel, doyen de la Faculté d'odontologie, université Rennes 1
  • Paul Leblanc et Claire Villard, étudiants en 3ème année de médecine en charge du pôle Initiatives pédagogiques étudiantes, Faculté de médecine Lyon-Est, université Claude Bernard Lyon 1
7. Comment créer les conditions de la transformation pédagogique dans les établissements ?

Structurer de réelles équipes pédagogiques à l'université, créer dans les établissements scolaires ou les écoles et les universités de nouveaux espaces d'apprentissage, engager la restructuration de diplômes universitaires selon une approche par compétences, etc. Comment créer dans les établissements les conditions du changement d'envergure, et former et accompagner les équipes pédagogiques vers une transformation des pratiques ?

Animateurs :

  • Michel Évain, doyen de la Faculté des sciences et des techniques, université de Nantes, Vice-président Formation, université Bretagne Loire
  • Brigitte Flamand, inspectrice générale de l'Éducation nationale Design et métiers d'art
  • Carole Nocéra Picand, directrice de SUPTICE (Service universitaire de pédagogie et des TICE), université Rennes 1

Conférence-débat

8. La flexibilité des parcours : un défi pour un enseignement supérieur plus attractif et adapté aux nouveaux profils étudiants

La notion de flexibilité englobe l'hybridation présence-distance des modalités de formation, la souplesse dans les temporalités pour rendre plus naturels et fréquents les allers-retours emploi-formation, et le renouvellement des approches pédagogiques :

  • approches programmes / approches cours
  • classes inversées
  • ,etc.

La flexibilité constitue donc un enjeu stratégique pour l'enseignement supérieur, et les objectifs identifiés par la StraNES et le CNNum, notamment, préconisent un large usage du numérique dans les pratiques de formation et d'évaluation des apprentissages.

La demande étudiante pour une plus grande flexibilité concerne tous les publics :

  • étudiants en formation initiale
  • stagiaires de formation continue, apprenants en alternance
  • étudiants en double cursus
  • sportifs de haut niveau
  • étudiants en situation de handicap ou longue maladie
  • étudiants salariés

Dans une logique de formation tout au long de la vie (F.T.L.V), la flexibilité est donc un défi pour l'enseignement supérieur et l'enjeu est bien d'accroître l'attractivité des formations pour des publics de plus en plus divers.

Intervenants :

  • Anne Aubert, chargée de mission F.T.L.V. (formation tout au long de la vie) à la DGESIP
  • Pierre Beust, directeur du CEMU (Centre d'enseignement multimédia universitaire), université de Caen, Expert à la MiPNES-DGESIP
  • Marie-Françoise Crouzier, cheffe de la MiPNES-DGESIP
  • Didier Paquelin, professeur titulaire de la Chaire de Leadership en pédagogie de l'enseignement supérieur, université Laval, Québec, Expert à la MiPNES-DGESIP
1ère publication : 14.10.2016 - Mise à jour : 5.04.2017