Des réponses à mes questions

MOOC, quelles caractéristiques ?

Éric Sanchez, maître de conférences et directeur EducTICE, revient sur les différences qui existent entre MOOCs et enseignement à distance. Un MOOC est un cours en ligne qui se veut "massif", ouvert et gratuit. Ces particularités permettent de distinguer les deux formes d'enseignement.

Interview - 1.08.2016
Auteur(s): Éric Sanchez

Qu'est ce qui a changé avec l'apparition des MOOCs ?

Ce qui est possible grâce à la formation ouverte et à distance version MOOC, c'est de dire c'est massif. On ne peut pas mettre 16000 élèves dans une même salle pour enseigner. Dans l'amphi, je suis au maximum, avec 16 étudiants. Par contre un MOOC c'est possible, car on a la possibilité d' interagir avec un grand nombre d'étudiants.

Y-a-t-il plus d'abandons avec les MOOCs ?

Ce n'est pas forcément toujours très massif. On a souvent des taux d'abandon ou de non-investissement qui sont importants. Mais qui sont tout à fait normaux quand on compare avec d'autres dispositifs en ligne avec le numérique.

En quoi est-ce un enseignement "ouvert" ?

Le mot "ouvert" dans le MOOC renvoie à l'idée que c'est ouvert à tout le monde et que c'est gratuit. C'est gratuit, jusqu'à ce qu'on ait des modèles économiques qui nous montreront que, lorsqu'on met un dispositif en ligne, quelqu'un doit être payé. On verra quels seront les modèles économiques : paiement de droits d'entrée, paiement du badge, paiement du certificat à la fin. On peut aussi imaginer des traces de quelqu'un qui apprend sur la plateforme peuvent être intéressantes pour analyser qui est cette personne. Pour ensuite lui proposer des produits dans sa boite aux lettres qui sont spécifiquement adaptés. Peut-être y-a-t-il des intérêts économiques, qui font que le "ouvert et gratuit" est peut être discutable.

Les cours en ligne apportent-ils plus de souplesse ?

Il a une demande forte de professionels, qui du fait de leurs conditions de travail n'ont pas forcément beaucoup de temps à consacrer à leurs apprentissages. Non pas un temps qui est conforme avec des horaires légaux d'ouverture d'universités ou de bureaux. Le fait de mettre en place des MOOcs qui vont aller dans le sens de la formation professionelle, est une initiative très intéressante.

Comment les MOOCs s'intègrent-ils dans notre enseignement supérieur ?

Il y a différents types de MOOCs, il y a ce qu'on appelle des xMOOCs, où ce sont surtout des vidéos d'un professeur qui délivre son savoir. Il y a des MOOCs, un peu plus intéressants mais peut être plus difficiles à mettre en place. Par exemple, le MOOC ITYPA où on va essayer de ne pas poser des objectifs pédagogiques mais aider des gens à poser leurs objectifs de formation. Puis on va les aider à créer leur environnement de formation pour se développer et apprendre les uns des autres.

Il y a la question "est ce que c'est toujours un cours". Un enseignement universitaire, ce n'est pas, en général, un enseignement isolé mais c'est un enseignement donné en appui avec dernière souvent un dispositif de recherche. C'est-à-dire que les connaissances enseignées sont des connaissances qui ont été produites au sein de l'université ou d'autres universités. Il y a donc une articulation entre recherche et formation. On est plus sur une logique d'offre mais sur une logique de demande. C'est l'étudiant qui va lui même se faire son propre catalogue de formation, et va peut être comme disent les québecois aller "magasiner" pour chercher les formations qui vont l'intéresser.

Les MOOCs sont intéressants car ils vont interroger notre système éducatif, la manière donc fonctionne l'université. L'un des impacts positifs que ça pourrait avoir, c'est que des enseignants qui ne se posaient pas trop de questions sur ce que va devenir la formation, l'enseignement et ce qu'est la pédagogie se disent qu'ils ont intéret à regarder de ce côté-là. Peut être d'envisager d'autres modalités pour la formation dans les programmes qu'ils animent.

1ère publication : 1.08.2016 - Mise à jour : 30.06.2017