Publications : déployer le numérique dans l'enseignement supérieur

Rapport : MOOC, à la recherche d'un business model

Nuage de mots axé sur business model

Les MOOCs sont la manifestation d'une transformation importante de la pédagogie au moyen des nouvelles technologies. Leur construction est couteuse et tous les acteurs sont à la recherche d'un modèle d'affaires. Ce rapport tente de faire un point sur ce sujet.

Rapport - 20.04.2016
Auteur(s): Yves Epelboin

Une nouvelle approche pédagogique

Les MOOCs, cours en ligne ouverts et massifs, sont représentatifs de transformations importantes de la pédagogie. Ils constituent une nouvelle forme d'apprentissage en ligne. Nouvelle, car elle est différente de l'enseignement à distance tel que le pratique les universités depuis de nombreuses années.

Ils présentent plusieurs nouveautés pédagogiques :

  • les MOOCs sont ouverts à un grand public
  • les MOOCs s'adressent à des personnes isolées
  • il n'y a pas de contrôle de niveau de connaissance du sujet étudié
  • les apprenants doivent travailler de façon autonome

Ces personnes suivent un enseignement à distance pour des motivations extrêmement variées sans disposer d'un contact personnel avec les enseignants.

Tous les professeurs, qui ont été impliqués dans de tels projets, conviennent que les cours doivent être entièrement reconstruits. Ce travail représente bien plus qu'une simple adaptation d'anciens documents de cours à un nouveau moyen de diffusion de l'information.

La visibilité d'un MOOC s'étend au monde entier et des documents de qualité médiocre, acceptable dans le cadre d'un amphithéâtre ou d'une petite classe, doivent être complètement repensés.

Une réalisation complexe et coûteuse

Mobilisation des personnels

Les MOOCs sont des objets complexes. À la différence des cours classiques, ils nécessitent un travail d'équipe pour leur construction. Nous ne sommes plus dans le cas d'un professeur isolé, seul dans la préparation de son enseignement et dans sa délivrance dans un amphithéâtre. La réalisation d'un MOOC nécessite :

  • la constitution d'équipes complètes d'appui qui font appel à plusieurs corps de métier, de l'ingénieur pédagogique au community manager
  • des infrastructures spécifiques comme des studios d'enregistrement

Investissement financier

Un MOOC de six semaines peut demander, en supposant qu'il est réutilisé trois fois :

  • environ 500 heures de travail pour les enseignants
  • 200 heures pour le personnel de soutien pédagogique
  • près de 500 heures pour le personnel de soutien technique

Le budget moyen nécessaire pour les ressources humaines est de l'ordre de 50 000 €, Il peut varier de 30 000 € à 100 000 selon la complexité et la discipline du sujet abordé.

Les pionniers ont été des enseignants enthousiastes accompagnés par un personnel de soutien qui n'a pas compté ses heures. Il leur a fallu faire le grand écart entre ces deux approches :

  • construire et diffuser quelques MOOCs
  • transformer systématiquement un enseignement conventionnel

On peut montrer que lorsqu'un enseignement s'adresse à moins de 200 à 300 étudiants, l'approche classique en amphithéâtre reste la moins couteuse. Une approche en enseignement mixte, partie en face-à-face, partie à distance (SPOC) n'est "rentable" qu'au-delà de 500 à 700 étudiants.

Tout projet à long terme, basé sur des MOOCs, est trop coûteux pour pouvoir être lancé sans un modèle d'affaires murement réfléchi. Tous les créateurs et distributeurs de MOOCs sont confrontés au dilemme du financement d'une politique en faveur de MOOCs gratuits ouverts à tous. Les universités ne peuvent pas définir un modèle d'entreprise individuel et autonome. Elles ne possèdent ni les finances ni les ressources humaines nécessaires pour transformer systématiquement leur enseignement et construire massivement des MOOCs. Il est donc indispensable de créer des partenariats entre :

  • les universités
  • des donateurs
  • des fonds spéciaux
  • d'autres sources de revenus

Définition d'objectifs

Les universités doivent donc identifier clairement leurs objectifs avant de se lancer dans cette aventure. Nous les classifions en 7 catégories :

  • comme vecteur de la transformation de la pédagogie dans les universités
  • pour aider les étudiants en échec
  • pour les étudiants entrant à l'université
  • pour la formation tout au long de la vie et l'amélioration des compétences professionnelles
  • pour développer l'enseignement supérieur à un niveau mondial
  • pour partager une expertise et permettre d'apprendre avec les meilleurs
  • pour attirer les meilleurs étudiants du monde vers les niveaux licence et master

Quel modèle économique ?

Les "distributeurs" de MOOCs doivent trouver leur propre modèle, différent de celui des "créateurs".  Les deux parties n'ont pas d'autre choix que de travailler ensemble et doivent définir des modèles économiques complémentaires.

Les modèles d'affaires, envisagés aux États-Unis pour les universités, ne peuvent pas être transposés aux universités européennes. Ils visent, en priorité, à tenter d'endiguer la très grave crise induite par :

  • les niveaux inacceptables des droits d'inscription
  • la dette étudiante qui atteint 1200 milliards de dollars

Les principaux distributeurs de MOOCs, comme Coursera, peuvent mettre en danger les collèges les plus médiocres mais ne se confrontent pas aux universités du niveau master et doctorat.  Pour diminuer les droits d'inscription les étudiants peuvent valider préalablement des MOOC bien définis avant de s'inscrire et donc ne payer les droits qu'en cas de réussite.

D'autres distributeurs ont fait le choix de travailler de façon indépendante des universités en étant à la fois concepteurs et distributeurs. Ces MOOCs s'adressent en priorité à la formation continue à la demande des entreprises ou aux individus, allant jusqu'à leur garantir un emploi, pour des formations spécifiques. Certaines entreprises européennes se rapprochent de ce modèle.

Les modèles d'affaires des distributeurs de MOOCs universitaires, en Europe, sont encore obscurs, du fait du moindre coût des études et des moyens disponibles. En ce qui concerne le domaine de la formation continue des universités, celles-ci disposent de la meilleure compétence pour s'y lancer, encore faut-il qu'une politique ambitieuse soit mise en place.

En Asie et en Afrique, le mouvement ne fait que commencer car c'est la seule solution pour répondre au défi de l'éducation. L'Inde est en train de devenir un joueur actif après la Chine.

Les MOOCs font bouger l'enseignement traditionnel du faux équilibre dans lequel il se trouve. Ils permettront que l'enseignement en ligne soit pleinement reconnu, à part égale avec l'enseignement traditionnel.

Publication : 20.04.2016